À vos agendas ! Les élections des représentants des salariés de TPE vont se tenir du 22 mars au 04 avril 2021. Le premier courrier parvient aux électeurs depuis la fin décembre. Un second courrier, avec les identifiant et mot de passe pour pouvoir voter, sera envoyé quelques jours avant le 22 mars.

Et l’égalité professionnelle dans les TPE ? FO vous répond

Les fiches FO sont là pour vous aider, vous donner des informations et des clefs.

Constat : les inégalités femmes/hommes sont aggravées dans les TPE

Une précarité financière des femmes accentuée par le temps partiel :

● dans les TPE, 41,4 % des femmes sont à temps partiel contre 29,8 % toute taille d’entreprise confondue ;
● la part des bénéficiaires de la revalorisation du SMIC est trois fois plus élevée dans les TPE et au sein des salariés à temps partiel.

Une articulation des temps aussi difficile pour les hommes :

● dans les TPE, les hommes sont plus souvent concernés par une durée du travail supérieure à 39 heures ;
● 24,7% des salariés à temps complet des TPE ont fréquemment une durée hebdomadaire supérieure à 39 heures contre 9 % dans les entreprises de 10 salariés et plus.

Une absence de mixité :

● Métiers à prédominance féminine : coiffeuse et spécialiste en soins de beauté 85,1 % – baby-sitter et aide familiale 97 % – aide-ménagère 98,2 %.
● Métiers à prédominance masculine : ouvrier du bâtiment supérieur à 99 % – électricien 98,7 % – soudeur 98,5 % – plombier 98,3 % – mécanicien automobile 98,3 % – charpentier, menuisier, poseur de parquet 98,3 % – ébéniste 97,2 % – électromécanicien et monteur en électricité 96,2 %, – balayeur de rue et éboueur 94,5 % – peintre, tapissier et décorateur 93,5 % – boucher 90,7 %.

FO se bat pour :

SALAIRES
● Parvenir à l’égalité de traitement, notamment en revalorisant les grilles de classification et en augmentant le Smic.
● Garantir une rémunération égale pour un travail de valeur égale.
● Retenir des critères objectifs ne pénalisant pas la parentalité
(présentéisme par exemple).
● Garantir la neutralité du sexe ou de la parentalité dans l’évolution
salariale et professionnelle.

TEMPS PARTIEL
● Résorber le temps partiel contraint, notamment en instaurant un véritable droit au passage à temps plein et en limitant au strict nécessaire les dérogations à la durée de travail minimale (24 heures par semaine).
● Majorer les heures complémentaires à un taux de 25 % dès la première heure.
● Supprimer les dérogations des entreprises autorisant les interruptions de plus de deux heures par jour.

FORMATION PROFESSIONNELLE
● Traiter la problématique de l’égalité professionnelle dans le plan de formation professionnelle.
● Intégrer les contraintes personnelles dans l’organisation des actions de formations (lieux, horaires de formation).
● Garantir une prise en charge partielle des frais de gardes des enfants, lorsque la formation a lieu en dehors des heures de travail.

CONCILIATION VIE PERSONNELLE/PROFESSIONNELLE
● Promouvoir des horaires de travail compatibles avec la vie personnelle.
● Améliorer les dispositifs favorisant le partage de la parentalité
(rémunération du congé de paternité…).
● Allonger le congé paternité à au moins un mois.
● Prendre en compte les difficultés de garde (modes, frais).
● Intégrer les différents modèles familiaux (pacs, concubinage).

CONDITIONS DE TRAVAIL, SANTÉ, SÉCURITÉ
● Connaître ses droits en matière de discrimination, harcèlement et plus généralement en matière de sexisme.
● Combattre toutes les formes de discriminations, harcèlements et agissements sexistes.
● Prévenir résorber et les stéréotypes.
● Favoriser la mixité des postes de travail dans l’entreprise (ergonomie des postes, recrutement...).
● Prendre en compte la grossesse (aménagement d’horaires, de postes…).

Actus