Préparatrice en pharmacie d’officine

La question :

Mon employeur et la médecine du travail ont lancé la procédure de pré-visite et visite de reprise en vue d’une inaptitude. Mon arrêt de travail court jusqu’au 2 octobre et la visite de reprise a été fixée au 4 octobre. Je souhaiterais savoir si je dois prolonger mon arrêt et si cette procédure me donne droit à des indemnités. De plus, si l’inaptitude n’est pas prononcée puis-je demander une rupture conventionnelle ?

La réponse de FO :

L’invalidité peut conduire la médecine du travail à prononcer l’inaptitude à tout poste de travail dans l’entreprise.

Une fois l’inaptitude prononcée, l’employeur a un mois pour licencier le salarié concerné.

La procédure doit être suivie comme pour tout licenciement (entretien préalable, etc...). Le préavis n’est évidemment ni effectué ni rémunéré mais l’indemnité de licenciement est due.

Il n’y a pas lieu d’opter pour une rupture conventionnelle, c’est l’employeur qui est à l’origine de la rupture du contrat de travail.

A la rupture du contrat, les congés payés non pris sont rémunérés.

Ensuite, le régime conventionnel de branche prévoit une prestation complémentaire d’invalidité, versée jusqu’à la retraite du salarié.

A noter que le salarié conserve le bénéfice de la complémentaire santé pendant une durée maximale de 12 mois, avec le dispositif de portabilité.

Les dernières informations de la campagne

Nos conseillers répondent à toutes les interrogations que vous avez sur vos salaires, vos droits, les litiges que vous avez avec votre employeur…

FO s’engage à vous répondre sous 48h maximum par mail. Les différentes questions et réponses seront intégrées sur notre plateforme après modération.

Déjà 504 réponses
publiées par nos équipes !

Autres ressources