Coiffeuse : salaire et ancienneté

La question :

Titulaire d’un CAP coiffure, je travaille à temps partiel depuis 25 ans comme coiffeuse dans un salon de coiffure. Mon taux horaire est celui du SMIC en vigueur. Est-ce normal ? J’ai fait part à mon employeur que je n’étais pas d’accord sur ma rémunération. Est-ce un motif de licenciement ?

La réponse de FO :

L’employeur est tenu de respecter les minimas conventionnels tels qu’ils sont déterminés dans la convention collective de la coiffure (grille des salaires renégociée dans le cadre de l’avenant n° 23 du 16 avril 2012 et de l’avenant 33 à la convention collective du 30 juin 2014 applicable depuis le 1er janvier 2015

Vous avez la possibilité de négocier un salaire plus élevé avec votre employeur mais ce dernier n’est pas dans l’obligation d’accepter votre demande. Son refus ne constitue pas un motif de licenciement.

Prime d’ancienneté

La convention collective prévoit une prime d’ancienneté dont le montant varie selon le nombre d’années entières et consécutives dans le même établissement (article 3 de l’avenant 33 à la convention collective de la coiffure).

Elle est versée au prorata du temps de travail effectif (par rapport à la durée légale du travail) pour les salariés à temps partiel. Elle doit faire l’objet d’une ligne distincte sur le bulletin de paie.

Nos conseillers répondent à toutes les interrogations que vous avez sur vos salaires, vos droits, les litiges que vous avez avec votre employeur…

FO s’engage à vous répondre sous 48h maximum par mail. Les différentes questions et réponses seront intégrées sur notre plateforme après modération.

Déjà 566 réponses
publiées par nos équipes !

Autres ressources