Les TPE au sommet

Les salariés des TPE (Très petites entreprises) et leur élection en novembre-décembre 2012 étaient au sommet de FO les 27 et 28 septembre derniers.

Les principaux responsables de la confédération syndicale, secrétaires des Unions départementales et des fédérations nationales par secteurs d’activité, étaient réunis à Rodez pour débattre des positions, revendications et actions de FO en relation avec l’actualité. L’échéance de l’élection TPE, qui concerne plus de 4,6 millions de salariés et aura lieu entre le 28 novembre et le 12 décembre, a occupé une partie importante des échanges.

Dans son rapport d’activité, Jean-Claude Mailly insistait sur cet enjeu, tant pour les salariés des TPE que les salariés en général et leurs organisations syndicales. En effet, cette élection fait partie de l’ensemble du dispositif institué depuis 2008 pour décider de la représentativité des syndicats en France. Les élections TPE viennent compléter la collecte, tous les quatre ans, des résultats des élections des délégués du personnel (DP) ou dans les comités d’entreprise (CE) pour les entreprises de plus onze salariés. Fin décembre, le résultat des élections TPE viendra donc s’ajouter au résultat des élections DP et CE du cycle 2009-2012. Et il pèsera pour près d’un quart de la population active !

Le slogan de FO –« Il n’y a pas de Très Petite Élection »– n’est donc pas simplement un clin d’œil en référence à une année à l’agenda électoral chargé !

Il s’agit bien de réussir à toucher et informer les salariés des entreprises de moins de onze salariés (artisanat, professions libérales, commerces de proximité, services aux particuliers, hôtellerie-restauration...), par définition très souvent isolés et éloignés de l’action syndicale, comme le soulignait Gabriel Gaudy (Paris). De Dominique Perchet (Haute-Marne) à Gérard Dossetto (Bouches-du-Rhône), en passant par Dominique Liger (Meuse), là est bien la difficulté. Comment leur apporter l’information sur les actions menées par FO, souvent de longue date, dans les conventions collectives par exemple ? Dans les Pyrénées-Orientales, ce ne sont pas moins de 30 000 électeurs qu’il faudrait pouvoir sensibiliser, expliquait Jérôme Capdevielle ! Ce n’est pas faute pour les fédérations d’avoir adapté et édité des informations spécifiques : Dejan Terglav confirmait l’envoi de fiches par métier pour les secteurs de l’artisanat alimentaire (boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie ...), des HCR (Hôtels-Cafés-Restaurants), des assistantes maternelles et services au particulier en général ; même chose de la part de Didier Bernus pour les secteurs de la santé (cabinets médicaux par exemple) ou encore de Michel Capelletti pour l’action sociale. Jacques Techer expliquait que FO Pharmacie a prévu l’envoi direct d’une information dans les officines afin d’appuyer l’action des militants des UD sur le plan local. Pour Daniel Jacquier (Savoie), certes Internet est un média qui peut être efficace, mais le contact direct demeure essentiel. En tout cas, Daniel Cambout (Haute-Garonne) se réjouit par avance du plaisir d’une campagne de terrain qui a toujours le mérite de « regonfler les militants ».

Les dernières informations de la campagne