Élection TPE : quand certains découvrent la roue…

Qu’est-ce qu’un syndicat ?

Une association particulière qui regroupe, sur une base volontaire, les salariés conscients de la nécessité de s’unir pour faire valoir leurs droits. Quels droits ? Les salaires, les conditions de travail, les congés, les œuvres sociales (bons de réduction, titres-restaurants, tourisme). Le syndicat s’organise au niveau de l’entreprise (sous réserve que celle-ci ait au moins plus de 11 salariés) avec les délégués du personnel, au niveau de la branche (avec les fédérations pour FO), où se négocie la convention collective (qui s’applique alors à toutes les entreprises, y compris les TPE), et au niveau interprofessionnel (avec les Unions départementales et avec la Confédération pour FO). Son rôle : réunir les adhérents, à ces différents niveaux, pour décider collectivement de son action : « quelle augmentation de salaire revendiquer ? », ou « quelle mutuelle santé mettre en place ? », par exemple. Mais une fois établi, son action consiste, bien sûr, à informer les salariés de ses résultats, des droits obtenus, ne serait-ce que pour rendre des comptes auprès des adhérents et pour convaincre celles et ceux qui ne le sont pas encore du bien-fondé de le rejoindre. Plus on est nombreux, plus on est fort !

Pourquoi rappeler de telles évidences au moment de l’élection TPE, s’étonnera-t-on peut-être ?
Parce que manifestement, certaines organisations qui présentent leur sigle à l’élection semblent découvrir ce b.a. ba... Ainsi, la presse s’est fait l’écho que celles-ci ont dû réaliser des questionnaires et des sondages pour découvrir que « les salariés veulent avant tout être éclairés sur leurs droits », et être accompagnés en cas de démarche juridique*. Passe encore que cela vienne de structures dont on sait qu’elles n’ont aucune réelle implantation et donc expérience dans le secteur privé. Mais devoir en passer par un sondage pour découvrir la roue du syndicalisme pour des confédérations ayant pignon sur rue est plus surprenant. Ainsi, l’une d’entre elles explique que ses propres enquêtes lui confirment que les salariés des TPE veulent, à côté des problèmes « de pouvoir d’achat, comprendre et faire respecter leurs droits ». Et, conclusion de l’article, forts de cette découverte ces syndicats travaillent à renforcer des services censés répondre à cette attente !

UNE « COM » À COUPS DE SONDAGES ?

Tout cela pour ça ? Oui, bien sûr, car en fait il s’agit de faire parler de soi ! Il s’agit de « com », comme on dit aujourd’hui. Faute d’action ou de revendication, ou pour apparaître moderne, on fait un sondage et on en fait parler. À plusieurs reprises FO a mis en garde contre le risque que les syndicats ne finissent par se transformer en machines à mener des campagnes électorales, à l’image de partis politiques pour qui, trop souvent, les sondages d’opinion tiennent lieu de programme.
Il est d’ailleurs révélateur que les mêmes organisations aient appelé leurs sites internet TPE avec les mots « élection » et « 2012 ». À l’évidence, elles ne visent que cette seule échéance électorale. FO a décidé, pour sa part, d’intituler sa plate-forme internet « info-tpe »**. Il ne s’agit pas, pour elle, d’une campagne au terme de laquelle elle donnera rendez- vous dans quatre ans, pour la prochaine élection, mais bien de pérenniser son implication avec les salariés concernés.

*Article paru dans Les Échos.fr le 30 octobre dernier.
** www.info-tpe.fr publie au quotidien des informations économiques, sociales et syndicales concernant les TPE.