FO Revendique le droit syndical dans les TPE

Peu industrialisée, la Savoie fait partie des quinze départements les plus riches de France. Vingt-quatre mille emplois y ont été créés en huit ans.

La filière montagne (hors sociétés de remontées mécaniques) représente 1,2% des établissements et 3% des emplois savoyards. Ils ont augmenté de 6% depuis 2006. Quarante-sept pour cent des effectifs se concentrent ainsi à l’espace Métropole Savoie, 24% en Tarentaise et 18% en Maurienne. Jusqu’alors en pointe, les remontées mécaniques ont toutefois vu leur chiffre d’affaires 2010 chuter de 0,6%. Parmi les cinq plus gros secteurs industriels du département (métallurgie, agroalimentaire, production et distribution d’électricité-gaz-vapeur-air conditionné, fabrication de produits métalliques, fabrication d’équipements électriques), seul ce dernier bénéficie d’une hausse d’emploi (+4,4% en dix ans). La crise de 2009 a particulièrement affecté l’industrie plastique, qui a perdu 900 emplois (-35%) en une décennie, alors que la production et distribution d’eau connaît un essor important (+59% et 439 emplois créés). Menaces de fermetures d’entreprises et licenciements économiques n’éparnent pas les sites de la Maurienne tels Rio Tinto (production d’aluminium) ou Spirel (moteurs électriques).
Malgré ce contexte peu propice, l’Union départementale FO, qui recense plus de 120 syndicats dans le secteur privé, compte 43 nouvelles implantations (grande distribution, tourisme, aide à la personne, métallurgie). Daniel Jacquier, Secrétaire général, réélu le 18 novembre par le congrès de l’UD, souligne la « réussite importante dans le secteur à forte saisonnalité des remontées mécaniques » avec trois nouveaux syndicats. FO Savoie occupe aussi la première place au niveau de la branche nationale. Le suivi des timbres atteste de sa vitalité militante (+4,5% par an sur vingt ans). Sa prochaine bataille s’axe contre la « situation discriminatoire et inégalitaire » des salariés des très petites entreprises. Le congrès, présidé par Didier Porte, Secrétaire confédéral, et rassemblant à Chambéry près de 300 délégués, revendique la création d’un droit syndical « avec une protection renforcée et des moyens propres ». L’UD FO négocie d’ores et déjà sur le plan régional des garanties sociales pour les salariés de l’artisanat.

En savoir plus : http://www.fo-savoie.fr/