8 mars 2014, journée internationale des droits des femmes

Cette journée du 8 mars 2014, journée internationale du droit des femmes, est l’occasion de rappeler l’engagement quotidien de Force Ouvrière en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et de réaffirmer le rôle central de la négociation collective pour faire avancer ces questions.

Malgré l’empilement des lois sur l’égalité, les constats ne changent pas ou trop peu. Que ce soit dans le secteur privé, dans la fonction publique ou même dans l’économie sociale et solidaire, l’égalité professionnelle n’est toujours pas une réalité. Dans tous ces secteurs, l’écart salarial entre les femmes et les hommes reste de mise. Les femmes sont surreprésentées dans les emplois à temps partiel et dans les contrats précaires. Sans compter que le plafond de verre est tenace, les femmes peinent toujours à atteindre les postes à responsabilités.

Force est de constater que les sujets traités depuis des années par FO comme l’égalité salariale, le temps partiel, l’articulation entre vie privée et vie professionnelle, la parentalité, les stéréotypes, le plafond de verre… sont des sujets plus que jamais d’actualité, et certains sont même, de surcroît, accentués par la crise. Un long chemin reste encore à parcourir pour atteindre une égalité réelle !

Et les inégalités se nichent partout, jusque dans les grilles de classifications ! La conception actuelle des classifications dans les grilles conventionnelles n’est pas neutre du point de vue du genre, elles sont parfois le reflet des stéréotypes et des systèmes de représentation. En découle une sous-évaluation des emplois à prédominance féminine. Force Ouvrière, qui participe actuellement à un groupe de travail sur le sujet, réaffirme que le principe d’un « salaire égal pour un travail de valeur égale » ne doit pas être un vœu pieux. Pour FO, la révision des méthodes d’évaluation de ces classifications est prioritaire afin qu’elles ne créent plus de discriminations.

Aujourd’hui, comme chaque jour, Force Ouvrière demande que l’égalité devienne une réalité et que l’écart salarial soit enfin supprimé. Les solutions existent et sont connues de toutes et tous, reste à chacun à prendre ses responsabilités et à mettre en place des moyens réels d’application et de contrôle.